[3 QUESTIONS À…] Rafael Dos Santos, conseiller municipal en charge des Bâtiments et équipements scolaires

Rafael Dos Santos

Quel regard portes-tu sur ces premières années de mandat ?

Sur le plan individuel, je trouve qu’une bonne dynamique est en route, en particulier avec les élues que je côtoie dans le cadre de ma délégation. Que ce soit avec Nathalie (Rimbaut-Hérigault) pour tout ce qui concerne la construction et le patrimoine immobilier, ou avec Hélène (Paumier) et Julie (Fontaine), en charge de l’éducation et du périscolaire, on travaille dans la confiance et ça nous permet d’avancer plus facilement et concrètement sur nos projets.

Mes premières années de mandat ont aussi été marquées par un arrêt de quelques mois, dans le cadre d’un congé parental. Et à mon retour, j’ai pu voir certains changements notables notamment du côté des services de la municipalité qui sont vraiment dans une démarche nouvelle, en essayant de trouver systématiquement les solutions les plus écologiques. Je trouve ça vraiment super qu’une collectivité montre l’exemple de cette manière-là.

Donc globalement je suis content de voir comment tout avance et se met en place ; même si le Covid a longtemps compliqué les choses en termes de délais, de prix des matériaux, etc.

Et pour finir de répondre à la question, je dirai aussi que notre majorité est bien collective. Il y a vraiment beaucoup de discussions et d’échanges dans le cadre de notre travail. Ça montre de quelle manière c’est le collectif qui prime. Et avec tout cela des projets et des actions enthousiasmantes, comme l’Assemblée citoyenne et populaire. Je suis fier de faire partie de l’équipe municipale qui a permis à cette Assemblée de voir le jour à Poitiers !

« Faire de la politiquement autrement », ça signifie quoi pour toi ?

Pour moi, faire de la politique autrement c’est avant tout faire confiance au collectif. C’est vraiment ce changement d’échelle qui permet d’aborder l’action publique sous un jour différent. Tout ne s’articule plus autour de la personne, mais c’est vraiment le groupe, les échanges qui animent la dynamique de travail. Pour ma part, cela s’est manifesté concrètement au moment de mon congé parental. Le groupe des élu·es est tellement important que j’avais une confiance aveugle dans la manière dont se poursuivraient les choses.

Si tu avais un souhait pour la suite du mandat, ou pour l’avenir ?

Finir la construction de l’école Andersen, aux Couronneries. C’est vraiment un projet important à mes yeux, d’abord parce que c’est une école qui a longtemps été oubliée et qui se situe dans un quartier prioritaire de la ville. C’est aussi une école qui avait besoin d’être prise en considération, l’ensemble des enseignants et des parents d’élèves se sentaient un peu délaissés. Donc c’est vraiment important de montrer qu’on est là et de faire avancer les choses. On est aujourd’hui dans un moment charnière, et il faut que ça avance !