Compte rendu – Plénière publique #8

25/06/2019 – Usines Nouvelles de Ligugé

Point d’étape des groupes

Agrimentation : ayant bénéficié de nombreuses contributions et fort de la table ronde ayant rassemblé une soixantaine de personnes, le groupe connaît une bonne dynamique. Les propositions sont en construction.

Mobilités : le groupe vient d’être repris en main et reste pour le moment dans la phase de discussion. Son travail s’oriente vers la promotion des mobilités douces en conscience de l’existant, en insistant sur l’aménagement de la voirie afin de mieux accueillir les vélos.

Droits Culturels : personne pour représenter le groupe cependant Charles souhaite témoigner de ses orientations, évoquant l’importance donnée au soutien et au développement des lieux de vie culturelle à Poitiers.

Transition énergétique : deux réunions ainsi que des rencontres avec des entreprises du secteur ont permis aux membres du groupe de préciser les enjeux et de délimiter le champ d’action notamment dans ce qu’il a de transversal avec le groupe Mobilités. Le travail se concentre autour des enjeux de sobriété dans la consommation énergétique et du développement des énergies renouvelables. Quelle influence peut avoir la collectivité dans la politique de transition ? Elle peut accompagner les particuliers dans leurs projets, veiller à la conformité des documents d’urbanisme, tendre vers l’exemplarité dans le patrimoine bâti public par le recours à un système de compensation.

Une table ronde aura lieu le 10 juillet sur la rénovation énergétique dans l’habitat.

Inclusion/logement : un groupe qui manque de participants. Des rencontres d’adjoints ont été faites et de nombreux documents consultés (PLU, programme local d’habitat).

Université/éducation : Le groupe actuel est l’union de deux groupes initialement distincts. Les tables rondes, nombreuses, ont servi d’outil principal à l’élaboration du contenu et plusieurs rencontres avec des acteurs de l’enseignement supérieur, des maisons de quartier ou encore de l’Edtech en ont cerné les contours. Les propositions devront occuper tous l’espace éducatif scolaire. Mention spéciale pour l’éducation à la nature qui doit toucher tous les âges. Eviter le fonctionnement en silo et favoriser la communication pour une éducation transverse.

Démocratie : un groupe qui a pris toute la mesure de l’aspect transversal de cette question puisqu’elle irrigue toute la démarche. Il s’agit de placer le citoyen au cœur des préoccupations. Les conférences/débats avec messieurs Proust, Niango et Fournier ont amené de nombreux éléments de réflexion. Sur le plan local, plusieurs instances de consultation existent mais ne sont pas prises en compte, à commencer par les assises de la jeunesse. Une piste de proposition serait l’élaboration d’un pacte de la participation citoyenne.

Economie : le groupe s’appuie sur plusieurs tables rondes passées ; des rencontres avec messieurs Bouba-Olga, Renaud, Chaveneau (pour la partie ESS). Le diagnostic économique de Grand Poitiers permet d’avoir des éléments à croiser avec le projet de territoire. Bien que les propositions ne soient pour l’heure pas cernées, il apparaît évident de sortir de l’effet de silo et décloisonner la question de l’économie. Une table ronde sur l’Insertion par l’activité économique aura lieu le 11 juillet, ainsi qu’une table ronde sur les tiers-lieux à la rentrée.

Jeunesse : le travail du groupe est rendu difficile par manque de mobilisation mais le grand débat spécial jeunes a offert une occasion d’écouter les revendications des jeunes pictaves. Des propositions devraient émerger des prochaines réunions (une réunion-brainstorming est annoncée). La disparition de lieux ‘ressources’ de la vie associative apparaît comme une préoccupation majeure.

Solidarités : de nombreuses rencontres et évènements ont amené de la matière au groupe qui reste pour le moment au stade de la réflexion mais se pense d’ores et déjà dans l’action par l’organisation de déambulations nocturnes dans différents quartiers à la rencontre des habitants (‘solidarité by night’) ou encore d’un repas partagé sur le thème de la laïcité. L’accent est mis sur la défense d’une mixité à tous niveaux ; générationnelle, géographique, de niveaux sociaux, par l’inclusion des femmes. Comme au sein du groupe Jeunesse, la question des lieux se pose. Est évoqué la réflexion de la Ligue de l’enseignement Nouvelle-Aquitaine sur la réhabilitation de ses locaux rue Saint Denis.

Biodiversité : le groupe s’est lancé dans la phase de formulation des propositions en se répartissant cinq axes de réflexion nés des contributions accumulées en un tableau des aspirations pour un Poitiers plus accueillant pour la biodiversité. Revégétalisation, maîtrise de l’artificialisation des terres, lutte contre les pollutions (de l’eau, de l’air, lumineuse), éducation et sensibilisation à l’environnement, gouvernance et participation citoyenne (conseil citoyen, formation des élus et personnels).

Déchets : une dynamique chaotique par manque de disponibilité des membres de ce groupe. Constat est fait que la problématique est plutôt bien abordée par la ville, de nombreuses initiatives existent déjà. Il faudrait mettre l’ accent sur la sobriété des consommateurs en leur apprenant à consommer moins et plus responsable. La réutilisation, le recyclage sont des enjeux forts (exemple d’une déchetterie près de Libourne qui offre un espace ‘dons’) qu’il faut généraliser.

Remarques et échanges

  • Attention à la distinction plateau (centre ville) / quartiers, car notre regard doit être le même sur ces zones géographiques. Pas de discrimination, c’est d’ailleurs une volonté forte du groupe solidarités.
  • Au sein de Poitiers Collectif, comment expliquer le manque de mixité ? Nous ne sommes en effet pas représentatifs de tout le bassin de population mais nous ne nous en satisfaisons pas. Nous cherchons à mobiliser sans réussir pour le moment à occuper le terrain. Le groupe vie démocratique pose la question des publics éloignés dans ses travaux.
  • Plusieurs groupes ont parlé des lieux, c’est un point important, notamment en ce qui concerne les maisons de quartier. Il faudrait les associer beaucoup plus à nos démarches. Une tentative de rencontre de quatre résidences a échoué visiblement sur volonté de la mairie. Est-ce une auto-censure par crainte de retour des élus ? Si oui, c’est assez grave : une subvention n’est pas un sponsoring !

Restitution du travail du groupe « arbre »

Pour rappel : ce groupe avait été mandaté à la fin de la dernière plénière pour réfléchir à la valorisation à venir de nos propositions et faire un « pas de côté » sur nos outils démocratiques.

A/Animation – Propositions

Présentation de l’arbre des propositions in situ, un outil imaginé par quelques membres du collectif suite au ‘world café’ de la dernière plénière. Il s’agit d’un arbre articulé en bois de récupération qui servira de support visuel aux propositions de Poitiers Collectif et sera enrichi des apports des habitants rencontrés ici et là.

Pour l’heure, l’arbre est utilisé pour une animation. Des feuilles sont distribuées pour formuler des propositions. Ceux qui le souhaitent peuvent présenter leur proposition à l’oral :

  • « Ecole des déchets » qui consiste en un principe d’éducation des enfants à la nourriture et à l’amélioration de l’hygiène alimentaire.
  • Vieillir sur son quartier ou comment favoriser la mixité générationnelle en évitant les EPHAD. Au sein d’un même immeuble, des colocations entre étudiants et personnes âgées sont possibles.
  • Quel est le lien entre commune et bailleur ? Comment peut-on influencer les bailleurs ? Ekidom semble être une instance efficace sur le secteur.

B/Atelier décision par consentement

L’exercice porte sur les outils de communication collective et de prise de décision. Le thème proposé en îlots porte sur le statut de l’élu.

  • Première proposition : élire le/la maire pour un an comme en suisse. Plusieurs avis favorables. Des représentants des verts évoquent leur expérience passée du principe de tourniquet à mi-mandat.
  • Deuxième proposition : faire passer les maires et adjoints à plein temps pour leur permettre de s’impliquer plus et de répondre à une charge de travail souvent importante. Réception mitigée : lorsque l’élu.e. est jeune c’est un risque pour sa carrière. Un temps minimum doit être respecté mais cela ne doit pas le/la rendre prisonnier.e .

Le groupe vie démocratique considère que l’élu.e. ne doit pas être à plein temps et propose une meilleure répartition des tâches au sein du conseil. D’autres évoquent la nécessiter d’incarner n’importe où et n’importe quand et donc l’impossibilité de déléguer certaines tâches.

Le travail à mi-temps aurait tendance à catégoriser les élus suivant leur profession et il faut prendre en compte la dimension familiale (garde des enfants, présence au sein du foyer..)

En conclusion, la question de la délégation se pose et il reste important de prendre en compte l’humain en aménageant le temps d’élu.

Retour sur les rencontres d’organisations politiques

Par Jean-Louis et Léonore, qui ont participé à l’ensemble des rencontres.

NDLR : L’ensemble de ces restitutions viendra compléter le document « Historique politique de Poitiers Collectif« .

Chaque rencontre a été analysée sous le canevas suivant :

1) Qui était présent ?

2) Quelles étaient les intentions exprimées par les organisations ?

3) Quelles relations ont-ils avec les autres organisations politiques sur Poitiers ?

4) Quelles questions ont ils posé (éventuellement), quels éléments de réponse leur avons nous donné ?

A/ Restitution

PCF (Section de Poitiers) : 4 représentants et 5 de Poitiers Collectif

Diverses rencontres en cours avec d’autres démarches politiques (Génération.S, Ensemble Pour Poitiers, Osons 2020, Francis Chalard pour le PS).

Quelques points forts du point de vue programmatique : Santé. Transports (Sur la mobilité : aller vers la gratuité mais pas dans le cadre du prochain mandat, trop court). > Mais pas de ligne rouge trop figée.

Leur demande forte : organiser les conditions du rassemblement le plus en amont possible, avec les différentes initiatives de gauche. Diagnostic prioritaire = les citoyens en ont marre de la division à gauche. La question des alliances entre deux tours leur semble importante : pour le PC il est prioritaire de ne pas faire passer la ville à droite / à En Marche. Donc de ne pas être fermé a priori à une alliance au second tour.

Le vote des militants PCF doit avoir lieu fin septembre : il n’y aura pas de mandat pour former des alliances ou soutenir l’une ou l’autre des démarches en amont de ce rdv. Mais l’AG du PCF aura lieu début juillet donc il y a la possibilité qu’ils soient mandatés pour participer au collectif programmatique.

Nous avons avancé : *La qualité de notre démarche citoyenne, qui implique une certaine  exigence vis à vis du calendrier, et de notre démarche. * Notre volonté de maintenir « le projet avant les têtes ».

Nous avons rappelé l’échéance le 11 juillet : mandatement des groupes.

Ensemble Pour Poitiers : 6 représentants et 4 de Poitiers Collectif

C’est une association structurée fin 2018 en réaction à la gouvernance du Marie actuel. « Ce qui nous différencie de Claeys = une vision plus citoyenne, plus sociale, une vision plus poussée du développement économique ». Elle travaille par thèmes à l’échelle de Poitiers et Grand Poitiers, en réunissant des acteurs divers (ESS, associations…). Une réunion a été organisée par grand thème (2 pour l’instant). Le fil rouge de la « coopération entre acteurs » semble central.

Des réunions dans les quartiers commencent actuellement.

Une crainte exprimée : la peur de l’éparpillement de la gauche.

Un candidat est-il pressenti ? Yves Jean (l’un des principaux animateurs de la démarche) ne se positionnera que si les conditions du rassemblement sont réunies. Pas d’ambition personnelle. Mais il est intéressé par le niveau Grand Poitiers, surtout pour les liens rural – urbain que cet échelon permettrait de travailler.

Quelle vision de l’ouverture / transparence ? Les idées du collectif sont actuellement peu diffusées, par peur de la récupération.

Génération.S : 4 représentants, 5 de Poitiers Collectif

Les militants de Génération.S participent depuis le début aux ateliers de travail de Poitiers Collectif. Ainsi, ils connaissaient le fonctionnement de la démarche.

Première volonté exprimée = le rassemblement. Pour ne pas que Poitiers passe à droite  / En Marche.

Lignes rouges programmatiques exprimées : nécessité d’assurer une présence forte à la thématique du social dans le programme. + les thématiques du logement, de la mobilité, de la carte scolaire…

La question de la faisabilité financière du programme est importante, et sera même une garantie de sérieux de la démarche pour eux (ce sera un critère pour nous soutenir).

Le vote des militants doit avoir lieu après les différentes rencontres politiques (la même semaine : PCF, EEPP).

EELV : une quinzaine de représentants, 4 de Poitiers Collectif

Pour EELV, l’objectif était différent : faire un bilan après une année scolaire de soutien à la démarche.

La réunion a permis l’expression des points de vue des deux côtés. Parmi les points saillants : * Côté PC : l’exigence de maintenir le caractère citoyen et autonome de PC est réaffirmée *Côté EELV : souhait de pouvoir assumer sa parole et sa présence dans le collectif; souhait de voir respecté les militants d’un parti comme les non-encartés au sein de la démarche; et multiplier les rencontres voire les rendre réguliers.

Proposition d’EELV pour continuer le partenariat : proposer des formations à la fois thématiques (budget par exemple, avec des anciens élus) ou de techniques de campagne (formation au porte à porte).

B/ Temps d’échanges

  • Génération.S annonce qu’il ne présenteront pas de liste aux municipales. Leur questionnement reste l’intégration au collectif programmatique de PC.
  • Comment les autres partis vont-ils travailler ? Et comment articuler leurs contributions ? Les partis doivent recevoir les avis d’un échelon national et ne fonctionnent pas tout à fait comme nous.
  • Pourquoi Génération.S se positionne parfois dans l’attentisme au sein de certains groupes de travail de PC ? → C’est fonction de la curiosité et des compétences de chacun puisqu’ils assurent une présence la plus large possible dans les groupes thématiques.
  • Les partis seront-ils légitimes s’ils investissent notre démarche au dernier moment ? Que faire des gens qui arriveront en octobre si le programme est déjà arrêté ? Le site présente l’historique des rencontres politiques. Pourrait-on discuter en dehors des plénières de l’intégration des partis dans le programme ?
  • Pour des partis ‘historiques’ il sera compliqué de s’aligner sur PC au dernier moment même si des points de programmes feront consensus. Il faudrait conserver une souplesse sur des points précis de programme.
  • Quelle est la nature des rencontres à venir avec EELV ? Les plénières ne suffisent-elles pas ? Les plénières ne sont pas le lieu idéal pour discuter de cette relation particulière
  • La possibilité de se former auprès d’EELV sur le tractage ou autre est une bonne nouvelle.
  • Continuer à valoriser le travail des groupes. Rappelons qu’il est encore temps de s’inscrire dans lesdits groupes.
  • EELV a apporté beaucoup de logistique, n’étant pas organisés en association, nous avons besoin de rencontres régulières avec eux.
  • Restons ouverts aux discussions, nous avons indiqué notre méthode aux partis qui s’en remettent à leur base.
  • Il serait bon de définir la base de nos valeurs pour pouvoir communiquer. La charte est évolutive. En réponse : Ecologie/Social/Démocratie. Des propositions concrètes vont émerger bientôt qui préciseront nos valeurs.

C/ Proposition d’Aurélien

Membre d’Alternatiba, Aurélien nous a adressé un mail ouvert appelant au rassemblement des forces à gauche. Il souhaite permettre une rencontre entre Osons et Poitiers Collectif (et d’autres partis à gauche).

Une telle volonté est-elle partagée au sein d’Osons ? Certains de nos groupes travaillent en bonne intelligence mais des initiatives de groupes du collectif en direction d’Osons n’ont pas eu de réponse.

Génération.S a récemment quitté Osons pour des raisons éthiques (fonctionnement, verticalité, essoufflement).

  • Cette sollicitation doit être considérée au même titre que les autres.

La plénière mandate un groupe (coordo + éventuels volontaires) pour les rencontrer, préalablement à tout projet commun, comme les autres démarches. Aurélien doit préciser d’où il parle, qui le mandate.

Week-end citoyen

Un événement est en discussion pour fin septembre qui rassemblerait à Poitiers plusieurs collectifs citoyens français (Brest, Toulouse, Tours, Orléans, Nogent…) en vue de partager des expériences.

Il s’agit de réfléchir aux lieux et à la logistique. Et de préciser certains aspects (casting notamment ; à partir de quels critères peut-on dire qu’une démarche est citoyenne?)

  • Vote de la plénière qui réaffirme le soutien à cette démarche, et mandate une équipe d’organisation.