Découvrez Léonore Moncond'huy, tête de liste Poitiers Collectif 2020
3838
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-3838,page-child,parent-pageid-3257,et_divi_builder,,qode-page-loading-effect-enabled,qode-title-hidden,qode_popup_menu_push_text_right,qode-theme-ver-16.9,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive,et-pb-theme-bridge,et-db,et_minified_js,et_minified_css

Léonore Moncond’huy

30 ans, cheffe de projet dans la coopération internationale

Léonore Moncond'huy tête de liste Poitiers Collectif
Léonore Moncond’huy, 30 ans, j’ai grandi à Poitiers, où j’ai aussi fait la première partie de mes études. Comme de nombreux jeunes poitevins, je suis partie finir mes études ailleurs, à Paris, où j’ai vécu pendant quatre ans, et je suis de retour à Poitiers depuis 2015.
L’éducation est le cœur et l’origine de mon engagement. Mon métier est chef de projet dans la coopération internationale : je travaille pour des organisations comme l’UNICEF, qui contribuent au développement de l’éducation dans le monde.
Depuis très jeune, je suis aussi engagée dans des associations d’éducation populaire, ce qui m’a donné l’habitude du travail en coopération, au service d’un projet commun, que je retrouve au sein de Poitiers Collectif.
Convaincue par l’urgence d’agir pour l’écologie, c’est en 2015 que j’ai décidé de m’investir en politique. Elue Conseillère Régionale, j’assure aujourd’hui la co-présidence du Groupe Ecologiste et Citoyen de la Région Nouvelle-Aquitaine. Je suis Déléguée Régionale à la Vie Associative et au Volontariat, et membre de la Commission Permanente.

Pourquoi vous êtes-vous engagé.e dans Poitiers Collectif ?

Jeune élue, j’ai constaté que la politique suscitait beaucoup de méfiance, en particulier dans ma génération. Ce qui a motivé mon engagement dans Poitiers Collectif, c’est l’envie de redonner confiance en la politique aux citoyens, en démontrant qu’un fonctionnement plus ouvert, plus transparent, plus démocratique, était possible.
Et par ce fonctionnement, nous permettre de reprendre la main sur notre vie, reprendre la main sur notre ville, malmenée par la fusion des régions, par des logiciels politiques et économiques inadaptés à l’urgence écologique, par une absence d’audace politique.
Le système ne nous convient pas ? Changeons-le !
J’ai confiance en notre projet pour répondre aux défis écologiques, sociaux, démocratiques, qui nous attendent, car il mettra aux responsabilités une nouvelle génération de décideurs politiques engagés et responsables.

Quelle est la proposition de notre programme qui vous tient le plus à cœur, et pourquoi ?

L’urgence écologique ne nous laisse pas le choix : engager Poitiers dans la transition écologique doit être la priorité de toutes nos politiques, avec courage et cohérence : ne plus financer l’aéroport de quelques-uns, pour financer davantage de bus pour tous, c’est une évidence pour moi ; ne plus construire de zones commerciales en périphérie, pour protéger les terres agricoles et soutenir le petit commerce, c’est aussi une évidence.
Dans ce souci de cohérence, je suis particulièrement attachée à nos propositions pour une mobilité plus juste à la fois écologiquement et socialement, mais aussi à notre ambition de retrouver l’autonomie alimentaire de Grand Poitiers, à la préservation des terres agricoles de notre territoire.
Mais notre préoccupation principale, c’est la jeunesse, car son avenir dépend directement de notre capacité à agir, aujourd’hui, pour l’écologie, pour préserver les liens sociaux, et pour reprendre en main notre démocratie.
Mais malgré de contexte inquiétant, l’enfance heureuse doit aussi être un droit. Ma proposition coup de cœur, c’est le droit aux vacances pour tous, qui a fait l’objet de grandes politiques sociales au XIXe siècle, aujourd’hui oubliées : à la fin de notre mandat, plus aucun enfant ne sera exclu des vacances !
L’éducation, au sens large, est essentielle pour la transition écologique. C’est pourquoi nous remettrons de la nature dans tous les espaces éducatifs : je suis convaincue que c’est en étant au contact de la nature, en apprenant à la connaître dès le plus jeune âge, qu’on aura ensuite l’envie et les capacités de la protéger.