[Nos premières semaines de mandat] Trois questions à Julie Reynard

Depuis son lancement, Poitiers Collectif fait le choix de la transparence, afin de faire vivre au plus grand nombre la construction et le développement du projet.
 
Depuis notre entrée à la Mairie, la curiosité est au rendez-vous, et de nombreuses questions nous sont posées…. pour y répondre, nous donnons la parole aux élu.e.s afin de vous raconter les premiers pas de notre mandat !
 
Pour ce deuxième épisode de cette série, nous donnons la parole à Julie Reynard Adjointe à l’Economie circulaire et à l’Economie de Proximité, Déléguée au Commerce, à l’Artisanat et aux Marchés.

Comment ça va depuis le début du mandat ?

Ça va très bien ! Cette aventure est à la fois vertigineuse et passionnante. Mon adjointure me passionne déjà, je travaille avec des collègues élu.e.s enthousiastes dans un esprit de confiance et de camaraderie, l’équipe du cabinet de la majorité se construit et s’annonce très efficace : je pense que nous allons être les « élu.e.s de combat » que nous avions imaginé pendant la campagne !

Peux-tu nous raconter ta vie d’élue depuis un mois ? 

Passé l’excitation de la victoire, les balbutiements de la première semaine, il a fallu vite entrer dans le bain avec les longs conseils municipaux et communautaires, excitants pour le élections de la maire et de la présidente de Grand Poitiers mais à la fois sans fin pour les délibérations et les budgets à voter rapidement puisque repoussés pour cause de COVID et d’élections.

Avec plus d’impatience, j’ai rencontré certains acteurs du commerce et les personnes de la municipalité rattachés à ma délégation qui sont, je dois l’avouer, éparpillées dans plusieurs services… J’ai encore beaucoup de personnes à aller voir, la période de rentrée sera propice à ces rencontres.

C’est aussi assez excitant de voir quels liens sont en train de se construire avec les collègues élu.e.s: Avec qui vais-je travailler de façon privilégiée ? Comment construire notre Pôle « Développement économique et rayonnement local » ?

J’ai aussi le plaisir d’avoir été nommée co-présidente du groupe Poitiers Collectif, avec Aloïs Gaborit, et cette mission va être aussi intense puisque nous serons garants de la cohésion de ce groupe au moins pendant deux années.

Le plus dur va être de concilier vie professionnelle et mandat. Parce que le monde ne s’arrête pas de tourner quand on est élu ! Je tiens à garder mon entreprise de services administratifs aux entreprises culturelles et je me fixe comme objectif d’organiser tout ça en septembre pour être à la fois disponible pour les commerçant.e.s, les artisans, les entrepreneur.euse.s du territoire et à la fois pour les compagnies de spectacle vivant que j’accompagne qui vivent, elles aussi, une période économique compliquée

Quels sont les points du programme que tu vas mettre en œuvre pendant le mandat ?

Là où je suis rassurée sur ce premier mois de mandat, c’est qu’il existe une réelle envie de changement.  On sent vraiment la bienveillance des services de la collectivité mais aussi des habitant.e.s.

J’ai pu déjà entrevoir les possibles, ou comment mettre en œuvre notre programme qui n’est plus une hypothèse, mais bientôt une réalité !

Un point du programme a déjà été voté et mis en œuvre, à savoir l’exonération des redevances de l’occupation de l’espace public jusqu’au 31 décembre 2020 pour aider les restaurants et les bars dans la reprise post confinement. 

Le programme de Poitiers Collectif insistait sur le changement de posture des élu.e.s avec une confiance retrouvée pour les initiatives locales. C’est, je pense, la première chose qu’on va mettre en place et qui va prendre du temps: « faire avec et pas à la place de ».

Comme action concrète, je souhaite créer rapidement une préfiguration d’un commerce-test, un magasin qu’il sera possible d’occuper pour quelques mois pour tester une activité commerciale avec un accompagnement au démarrage. 

Je compte aussi mettre tout en œuvre pour simplifier les démarches des entreprises et notamment des commerçant.e.s qui souhaitent s’installer à Poitiers.

J’aimerais aussi lancer un travail de concertation avec d’autres collectivités et organismes intermédiaires pour aider à la mise aux normes acoustiques et de sécurité notamment des commerces attenants à des habitations pour qu’ils puissent proposer des temps culturels comme des concerts par exemple.

Sur le plus long terme, il faut consulter les commerçant.e.s de tous les quartiers (dont le centre-ville) pour travailler ensemble, au développement du commerce local et de l’économie circulaire et donc de l’emploi sur notre territoire. 

Je suis persuadée que de nombreux projets émergeront de ces rencontres tout au long de notre mandat et que nous saurons les écouter et les accompagner au mieux pour leur mise en oeuvre concrète !

 

Merci à Julie Reynard pour ses réponses et à très vite pour de nouvelles expériences d’élu.e.s !