Poitiers Collectif se lance pour les municipales de 2020

Un collectif de citoyens se prépare pour les élections municipales. Il présentera son projet mardi.

Un an et demi avant les prochaines élections municipales, un groupe de citoyens, Poitiers Collectif, vient d’annoncer sa candidature. Jeudi soir, environ 25 personnes étaient réunies à la Maison du peuple pour travers sur leur projet.

Les candidats connus en septembre 2019

« La démarche est partie de quelques citoyens en mai-juin dernier, expliquent Maryse Delaunay et Charles Reverchon-Billot, les porte-parole du groupe pour la soirée. Avec le bouche à oreille, nous sommes une trentaine de membres actifs. Une charte a été rédigée collectivement, et la démarche va se poursuivre de la même manière. Notre idée, c’est que chacun peut agir localement et donner son avis pour contribuer à élaborer des actions. »

Leur calendrier est déjà établi pour l’année à venir : la réflexion se mènera au sein de 15 collectifs thématiques, correspondant aux compétences de la ville et aux valeurs défendues par ces habitants, qui prônent la démocratie participative, le collectif, l’écologie et le renouvellement politique. « Nous mettons les hommes et les femmes après le projet et les idées. » Les 53 candidates et candidats, tout comme la tête de liste, ne seront choisis qu’en septembre 2019. S’il n’est pas difficile de comprendre qu’il défend des idées de gauche, Poitiers Collectif n’affiche aucune appartenance politique et en fait sa différence avec Osons Poitiers (qui a aussi lancé une plateforme citoyenne pour élaborer son programme, avec des valeurs très proches) : « Chacun vient sans esprit partisan, y compris ceux qui peuvent déjà avoir un parti (ndlr : lors de la réunion de jeudi étaient notamment présents de nombreux membres d’Europe Ecologie Les Verts). Dans l’action politique, le clivage, l’opposition, les idéologies peuvent être un frein. Pour les citoyens non encartés, cela peut être dérangeant. Nous souhaitons développer la co-construction, avec ce que chacun peut apporter, de l’expert au néophyte ».

Elisabeth Royez

Centre Presse, édition du 20 octobre 2018, lien vers l’article